Wiki Footpedia
Advertisement

Le Servette Football Club, couramment abrégé en Servette FC, Servette, SFC, est un club de football suisse basé à Genève, fondé en mars 1890 avec pour première activité sportive le rugby, et nommé selon le quartier genevois du même nom. La section football a quant à elle été créée le 17 janvier 1900. Le Servette FC a été sacré 17 fois champion de son pays, ce qui fait de lui le troisième meilleur club suisse de l'histoire, derrière le FC Bâle (20 titres) et le Grasshoper Club Zurich (27 titres) ; le club a en outre été 16 fois vice-champion. Il a remporté 7 coupes de Suisse, pour 21 finales disputées.

Durant son histoire, le Servette FC a remporté au moins un titre (championnat et coupe) durant chaque décennie du 20e siècle, ainsi que la coupe de Suisse 2001, sous la houlette de Lucien Favre. Le club, qui vit des heures sombres au 21e siècle, a connu une relégation sur tapis vert (faillite lors de la saison 2003/2004), et une relégation sportive (saison 2012/2013), après avoir été promu dans l'élite auparavant (saison 2010/2011. Vice-champion de 2e division et vainqueur du barrage contre l'AC Bellinzone), le Servette remonte en Super League, la première division helvète, en 2019.

Histoires[]

Repères historiques[]

Logo du Servette de Genève entre 1984 et 1991

La Plaine de Plainpalais et le Parc des Sports du Pré Cayla de 1890 à 1930 puis le Stade des Charmilles jusqu'en décembre 2002 et détruit en 2008 ont accueilli successivement dans Genève intra-muros les rencontres à domicile du club servettien. Depuis 2003, le Servette FC s'est installé à Lancy dans le Stade de Genève, d'une capacité de 30 084 places assises. Les différentes équipes du club s'entraînent depuis 2005 dans le vaste centre sportif de Balexert. Basé à Châtelaine, ce centre d'entraînement et de formation sert aussi de siège social du club.

Deux décennies après sa création, le club remporte son premier championnat de Suisse en 1906-1907 au bout de sa septième participation. Durant les années 1910 et 1920, le club remporte cinq championnats ainsi qu'en 1928, sa première Coupe de Suisse. La décennie suivante est marquée par quatre nouvelles victoires en Championnat de Suisse. Après avoir conquis son treizième titre de champion de Suisse en 1962, les années 1970 sont celles de la remontée du club au plus haut niveau du football suisse. En effet, après une dizaine d'années sans le moindre trophée, le Servette FC renoue avec la victoire en s'imposant tout d'abord en Coupe de Suisse en 1971, puis en remportant plus de six trophées nationaux et continentaux entre la fin des années 1970 et le début des années 1980. Dès lors, le club se stabilise au sommet de la hiérarchie du football suisse durant une vingtaine d'années, se qualifiant même à deux reprises pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions et de Coupe UEFA, jusqu'à parvenir au dépôt de bilan en 2005. Après être reparti en 2005 en troisième division à la suite d'une relégation administrative, le Servette retrouve la première division (Super League) en mai 2011. En mai 2013, après deux saisons passées dans l'élite suisse, le club redescend en deuxième division (Challenge League) où il restera jusqu'en mai 2019. Sous l'impulsion d'Alain Geiger, le club retrouve la première division pour la saison 2019-2020.

Origines[]

Le Football-club de la Servette est fondé le 20 mars 1890. Il ne pratiquait alors que le rugby, sur un terrain sommaire : le Pré Wendt. Il déménagea ensuite sur le terrain de la Prairie, puis sur la Plaine de Plainpalais, et enfin au Parc des sports, lieu où sera construit un peu plus tard le stade des Charmilles. Au cours de cette même période, une autre discipline, le football association, prend de l'essor sur le territoire helvétique. Le 7 avril 1895, neuf clubs s'associent pour fonder l'Association suisse de football (ASF). Deux ans plus tard, le premier championnat suisse de football association est créé sous l'impulsion du docteur Aimé Schwob, propriétaire et rédacteur en chef du journal La Suisse sportive - un hebdomadaire qui assume alors la majeure partie du financement de cette compétition.

Changement d'appellation[]

En décembre 1899, François Dégerine, qui a la particularité de jouer aussi bien au rugby (il est le capitaine de la Servette) qu'au football, décide de créer une compétition locale destinée aux passionnés du ballon rond: "La coupe du dimanche". Il fonde également à cette occasion une équipe, le "Sunday Team", qui constituera, quelques semaines plus tard, la base structurelle du futur Servette FC.

En janvier 1900, François Dégerine, qui est aussi secrétaire de rédaction pour La Suisse sportive, fait appel à Aimé Schwob pour prendre les rênes du club de la Servette et permettre ainsi la création d'une section de football association. Aimé Schwob possède en effet une grande expérience dans le domaine associatif, ce qui peut s'avérer être un atout majeur (Aimé Schwob a déjà fondé à cette époque l'Union vélocipédique genevoise, l'Union cycliste suisse, et le TCS (Touring Club Suisse)).

La naissance du Servette FC[]

Le 17 janvier 1900, Aimé Schwob est élu président du club lors de l'assemblée générale. Sa première décision est l'élection par l'assemblée d'un nouveau comité dirigeant, et l'adoption des règles anglaises du football association. Ce jour-là, le club change de nom, et se fait désormais connaître sous un nouveau vocable: Le Servette Football Club.

Le 21 octobre 1900, le Servette FC rejoint les rangs de l'ASF. En 1904, il obtient son premier titre romand et, en 1907, son premier titre national. À noter qu'Aimé Schwob restera président du club jusqu'en 1912 (c'est le plus long mandat de l'histoire du club avec Gabriel Bonnet (1915-1927) et Marcel Righi (1957-1969)).

Le Servette FC a joué dans l'enceinte mythique des Charmilles, située dans un quartier ouvrier de la Ville de Genève, pendant exactement un siècle : de 1902 à 2002. Le Stade des Charmilles fut achevé en 1930. Puis le club a emménagé dans le nouveau Stade de Genève, situé sur la commune de Lancy près de Carouge.

Il a également le troisième meilleur palmarès de Suisse derrière Grasshopper et Bâle, avec ses 17 titres de champion (contre 27 pour GC et 18 pour Bâle).

Les années Marcel Righi (1957-1969)[]

Marcel Righi, un entrepreneur genevois investissant plusieurs millions de francs suisses dans le club, conduit le Servette FC vers les sommets. Avec l’entraîneur Jean Snella et trois joueurs hongrois (Pazmandy, Nemeth et Makay), le club remporte deux titres de champion consécutifs, en 1961 et en 1962. Les performances dans les Coupes européennes forcent l’admiration, avec notamment un quart de finale de la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe 1966-1967 face aux Bulgares du PFK Slavia Sofia. Righi est à son départ en 1969 nommé président d'honneur du Servette FC et membre d'honneur de l'Association suisse de football (ASF).

Roger Cohannier, le limonadier genevois et 4 titres majeurs (1974-1980)[]

Roger Cohannier, un limonadier genevois, investit également plusieurs millions de francs suisses dans le club et parvient à monter une équipe très compétitive avec quelques-uns des meilleurs joueurs suisses, tous internationaux. En 1978-1979, le Servette FC sous la houlette de l'entraîneur hongrois Peter Pazmandy arrive à maturité et réalise l’unique exploit de remporter quatre titres majeurs: champion, Coupe de Suisse, Coupe de la Ligue et Coupe des Alpes. Servette remporte encore la Coupe de Suisse l’année suivante en 1980.

Les années Carlo Lavizzari (1980-1989)[]

Le promoteur immobilier genevois Carlo Lavizzari profite de son réseau de personnalités pour trouver un véritable soutien financier autour du Servette FC. Il commence à présider le club durant l'année 1980. Malheureusement les résultats sportifs ne sont pas toujours au rendez-vous malgré d’importantes sommes d’argent mises en jeu pour plusieurs millions de francs suisses. Le Servette FC parvient tout de même à remporter la Coupe de Suisse en 1984 et le titre de champion en 1985. Le règne du président Lavizzari s'achève durant l'année 1989. De 1989 à 1990, Dominique Warluzel assume la présidence du club.

L'ère Paul-Annick Weiller et première présidence étrangère (1991-1996)[]

L'homme d'affaires Paul-Annick Weiller est le premier président étranger de l'histoire du club. Il est au moment de la reprise, la septième fortune de France. Il accepte de prendre la présidence d’un club en difficulté après le retrait de Richard Ambrosetti. Il remet le Servette FC sur de bons rails en améliorant par exemple la formation des jeunes. Son travail est récompensé par un titre de champion en 1994. Son investissement personnel est d'environ 15 millions de francs suisses.

L'ère Christian Hervé et Canal+ (1997-2001)[]

Sous la présidence de Christian Hervé représentant du plus grand groupe de médias français Canal+, le Servette FC étudie le projet d'un nouveau stade à La Praille. C'est aussi durant cette période que le club remporte le titre de champion suisse 1999 avec l'entraîneur Gérard Castella ainsi que la Coupe de Suisse 2000-2001 pour un investissement d'environ 20 millions de francs suisses sur la période.

Faillite et reconstruction à l'ère Vinas (2003-2008)[]

Après avoir été au bord de la faillite en 2003, le club est finalement racheté par Marc Roger, un manager de joueurs, qui effectue de nombreux transferts, dont Christian Karembeu, Viorel Moldovan, ou encore les Chiliens Jorge Valdivia et Jean Beauséjour. Malgré cela, le club connaît en 2004 à nouveau des difficultés financières et sportives, ce qui lui vaut de commencer la saison 2004-2005 avec 3 points de retard à la suite du non-respect des règlements de la ligue concernant le surendettement. Le club ne terminera jamais cette saison, Marc Roger se révélant être un président qui n'a pas les moyens de ses prétentions. Une saga judiciaire s'ensuivra (fuite de Marc Roger en France, qui sera finalement arrêté en Espagne, puis extradé en Suisse pour être remis à la justice).

Le 4 février 2005, le juge prononce la faillite du Servette FC, le reléguant en ligue amateur (1re Ligue). La deuxième équipe, alors en 1re Ligue, devient la première équipe du Servette FC. Un an après avoir connu la relégation, le Servette est sacré champion suisse de 1re Ligue le 11 juin 2006 et accède ainsi à la Challenge League pour la première fois de son histoire. Le club se reconstruit sous la présidence de Francisco Vinas, un industriel genevois d'origine espagnole.

Majid Pishyar, du "Magic" au tragique (2008-2012)[]

Le 13 septembre 2008, après le match Servette FC - FC Bienne (1-5), Francisco Vinas donne sa démission et est remplacé par Majid Pishyar, un homme d'affaires iranien dont les activités sont peu claires (officiellement, il dirige une compagnie globale dénommée 32group).

Le Servette FC termine la saison 2009-2010 à une encourageante 4e place de Challenge League après avoir effectué un excellent deuxième tour, le faisant remonter au classement. Lors de l'aboutissement de la saison 2010-2011, le Servette FC parvient, en obtenant la seconde place du championnat, à se qualifier pour les matchs de barrage permettant d'accéder à l'Axpo Super League. Opposé pour ce barrage à la formation tessinoise de Bellinzone, Servette est promu en Super League après sa victoire 3-1 au match retour (0-1 au match aller). L'objectif de la promotion en Super League du Servette FC était un objectif clairement revendiqué par le président du club Majid Pishyar, surnommé alors brièvement "Magic Pishyar". Lors de la victoire en barrage contre l'AC Bellizone et la joie du public qui s'ensuit sur la pelouse envahie du stade de Genève, le Yes, I did it de Pishyar fait écho à la présidentielle américaine. Malheureusement pour le club, l'embellie n'est qu'une éclaircie dans la tempête qu'il traverse. Le 1er mars 2012, à la suite de nombreux retards de paiement, Majid Pishyar cède à la dernière minute ses actions depuis New York, pour 1 franc symbolique, à Hugh Quennec, le président du Genève Servette Hockey Club (GSHC).

Hugues Quennec, du sourire à la quasi faillite (2012-2015)[]

Le club a été présidé de 2012 à 2015 par le Canadien Hugh Quennec, également propriétaire du Genève-Servette Hockey Club et qui est actionnaire majoritaire du club depuis la même année. Sa présidence est marquée par son optimisme à toute épreuve, symbolisé par son sourire emblématique. Le président Quennec passe pas mal de temps en tribune Nord, auprès des ultras, lors des matches. Le 20 août 2013, le club décide de se séparer de son entraîneur Sébastien Fournier, après un début de championnat mitigé (5 matchs, 5 points). Jean-Michel Aeby reprend les rênes de l'équipe à titre intérimaire. Le 29 mai 2013, après deux saisons passées dans l'élite suisse, le club est relégué en Challenge League après une défaite 3 buts à 0 contre le Lausanne-Sport lors de l'avant-dernière journée de championnat. Le club est relégué pour la première fois de son histoire (sur le terrain) et passe alors deux saisons en Challenge League avant de descendre en première ligue promotion en juin 2015 faute d'avoir pu obtenir une licence pour la Challenge League. Le président Quennec démissionne dans la foulée et cède le club pour 1 franc symbolique à la Fondation 1890.

Le mécénat de la Fondation 1890 (2015-2019)[]

À la suite d'un risque d'une deuxième faillite en juin 2015, le Servette FC a été repris par « La Fondation 1890 » dont le président est Didier Fischer. A l'issue de la saison 2015-2016, champion de Première ligue promotion, le Servette FC remonte en Challenge League. Le SFC termine troisième de Challenge league en 2016-2017, derrière Neuchâtel Xamax et le FC Zurich, promu en Super League. Les Grenat, surnom attribué aux joueurs évoluant sous le maillot du club, sont entraînés depuis janvier 2017 par Meho Kodro. Ce dernier est licencié au printemps 2018, à la suite de résultats mitigés, le club étant largué dans la course à la promotion en Super league. Depuis juin 2018, le Servette FC est entraîné parAlain Geiger, un ancien joueur titré du Servette FC (1981-1986) et international suisse (118 sélections), qui n'a plus entrainé au plus haut niveau depuis un court passage dans le club algérien de l'ES Sétif (2015/2016).

Geiger décroche la promotion des Grenats dans l'élite le 10 mai 2019 grâce à une victoire décisive face à son rival, le FC Lausanne-Sport, devant 20 055 spectateurs au Stade de Genève. Le derby se solde sur le score de 3 à 1, avec des buts inscrits de Miroslav Stevanović, Alexandre Alphonse et Kastriot Imeri côté servettien.

Retour en Super League (2019)[]

Pour le président, Didier Fischer, « Servette doit redevenir un grand club et briller ». Le 21 juillet 2019, le Servette FC débute son championnat par un déplacement à Berne chez les tenants du titre, les BSC Young Boys. Cette première rencontre se solde par un match nul (1-1) satisfaisant. Le premier match à domicile se dispute six jours plus tard contre le grand rival valaisan du FC Sion, entraîné par Stéphane Henchoz. Les deux équipes se séparent sur un 0-0. La première victoire de la saison vient après le troisième match des Servettiens, le 4 août, à domicile contre le FC Lucerne, sur le score de 1-0 devant environ 6 000 spectateurs. Cette victoire permet au Servette FC de monter à la troisième place du classement. La première défaite de la saison arrive le 10 août contre le FC Bâle (3-1). Le 31 août, se dispute le deuxième derby entre clubs romands avec la venue de Neuchâtel Xamax FCS à Genève. Les équipes se séparent sur un match nul (2-2). Le 3 novembre, Servette bat les BSC Young Boys, au Stade de Genève, sur le score de 3-0. Après 18 rencontres, soit la mi-saison, Servette se retrouve cinquième avec 27 points. Le 18 décembre, le club annonce que Pascal Besnard deviendra le président du club à la place de Didier Fischer, qui souhaite se consacrer à la Fondation 1890.

Identité du club[]

Couleurs[]

Historiquement, le Servette FC arbore à domicile un maillot grenat avec un short bleu. Les couleurs extérieures du club sont traditionnellement blanches avec un maillot et un short de la même couleur.

Blason[]

Le blason actuel est rond avec un S au milieu et entouré du texte Servette FC Genève 1890.

Résultats sportifs[]

Le tableau suivant récapitule les performances du Servette Football Club dans les diverses compétitions suisses et européennes. Les Genevois n'ont pas souvent brillé en Coupe d'Europe si ce n'est quelques participations en huitième de finale de compétitions telles que la Ligue des champions ou la Coupe UEFA.

Côté national, le Servette FC réalise son premier doublé coupe-championnat lors de la saison 1978-1979. Si le Grasshopper-Club Zurich reste le club le plus souvent couronné avec vingt-sept titres de champion de Suisse professionnel, le Servette occupe avec dix-sept titres la troisième place derrière le FC Bâle, qui a remporté dix-neuf titres. Les titres de champion de Suisse ont été remportés sur des périodes assez longues, et de façon régulière dans l'histoire du club. Une étoile orne le maillot servettien en l'honneur de ce palmarès.

En Coupe de Suisse, le Servette FC est, avec sept titres, le cinquième club en termes de record de victoires devançant le FC Zurich. Le club genevois compte aussi à son palmarès trois Coupes de la Ligue, une Première Ligue Promotion et une Challenge League

Palmarès du Servette Football Club 1890
Compétitions nationales Compétitions internationales
  • Ligue nationale A / Super League
    • Champion (17) : 1907, 1918, 1922, 1925, 1926, 1930, 1933, 1934, 1940, 1946, 1950, 1961, 1962, 1979, 1985, 1994 et 1999
    • Vice-champion : 1906, 1910, 1915, 1919, 1920, 1935, 1944, 1966, 1976, 1977, 1978, 1982, 1983, 1984, 1988, 1998
  • Ligue nationale B / Challenge League
    • Champion : 2019
    • Vice-champion : 2011
  • 1re ligue / Promotion League
    • Champion (2) : 2006, 2016
  • Coupe de Suisse
    • Vainqueur (7) : 1928, 1949, 1971, 1978, 1979, 1984 et 2001
    • Finaliste : 1934, 1936, 1938, 1941, 1959, 1965, 1966, 1976, 1983, 1986, 1987 et 1996
  • Coupe de la ligue
    • Vainqueur (3) : 1977, 1979 et 1980
  • Coupe d'Europe des clubs champions / Ligue des champions
    • Meilleure performance : huitième de finaliste en 1962, 1980 et 1986.
  • Coupe UEFA / Ligue Europa
    • Meilleure performance : huitième de finaliste en 1983 et 2002
  • Coupe horlogère
    • Vainqueur (2) : 1984 et 2002
Anciennes compétitions
  • Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe
    • Meilleure performance : quart de finaliste en 1967 et 1979
  • Coupe des villes de foires
    • Meilleure performance : huitième de finaliste en 1966
  • International football cup
    • Meilleure performance : quart de finaliste en 1963
  • Coupe des Alpes
    • Vainqueur (4) : 1973, 1975, 1976 et 1978
Advertisement